Skip to content

Système de gestion de la sécurité d’exploitation (SMS/SGSE)

Iván Bardón

Iván Bardón

AERTEC Solutions / Aviation, On site supervision

Dans le but de définir un Système de Gestion de Sécurité d’Exploitation (SGSE), il convient avant tout de définir ce qu’est la sécurité d’exploitation.

Le concept de sécurité d’exploitation dans l’aviation peut être conçu comme étant « l’état dans lequel la possibilité de dommages aux personnes, aux infrastructures, aux équipements ou aux aéronefs est réduite et maintenue à un niveau acceptable ou moindre, grâce au processus continu d’identification des dangers et de gestion des risques ».

Il existe un grand nombre de moyens techniques et humains impliqués dans la maintenance de la sécurité d’exploitation d’un aéroport, essentiels pour l’activité aéroportuaire.

À partir de cette définition, on peut affirmer qu’un SGSE est une approche systématique pour la gestion de la sécurité d’exploitation, qui inclut la structure organique, les lignes de responsabilité, les politiques et les procédures nécessaires.

Mais, d’où cela vient-il ? Les normes les plus élevées applicables lorsque les SGSE sont mentionnées ont d’abord été énoncées par l’OACI (Annexe 14 – Aérodromes, Annexe 19 – Sécurité des opérations, Doc 9774 – Manuel de certification des aérodromes et Doc 9859 – Manuel de gestion de la sécurité), pour s’adapter ensuite aux normes de chaque pays, comme dans le cas de l’État espagnol avec le Décret royal 862/2009 pour les aéroports vérifiés et le Règlement UE n° 139/2014 pour les aéroports certifiés ; l’AESA dispose d’une instruction technique générale pour la mise en place du Système de gestion de la sécurité d’exploitation.

La gestion de la sécurité d’exploitation exige l’intégration de systèmes de saisie des données de sûreté réactifs, proactifs et prédictifs, une combinaison judicieuse de stratégies d’atténuation réactives, proactives et prédictives, et l’élaboration de méthodes d’atténuation réactives, proactives et prédictives.

Pour cela, chaque aéroport a mis en place un manuel pour ses SGSE. Ce manuel est spécifique à chaque aérodrome et il contient tous les processus qui font partie de la gestion de la sécurité d’exploitation. Ce manuel décrit de façon détaillée les procédures et les modules qui composent chaque SGSE, il définit la structure organisationnelle et les responsabilités de chaque figure ; le responsable du système de gestion de la sécurité d’exploitation (RSGSE) est la personne en charge de sa maintenance. On y trouve également la définition des comités axés sur la sécurité d’exploitation, les participants et leur périodicité, ainsi que la coordination avec le plan d’autoprotection et ses comités respectifs.

Procédures ou modules d’un SGSE :

PGS-01 Gestions des risques : au cours de l’exploitation quotidienne d’un aéroport, il existe plusieurs dangers susceptibles de compromettre la sécurité d’exploitation. Il est donc important d’identifier ces dangers et les risques qui leur sont associés.

Une fois les risques identifiés, il faut analyser les implications pour la sécurité d’exploitation et, en fonction de cela, étudier les mesures à mettre en place pour les éliminer ou les atténuer, en établissant les responsabilités. Une fois en place, il convient d’effectuer le suivi de son effectivité.

-PGS-02 Fournisseurs extérieurs : cette procédure de sécurité, spécifique aux services et fournitures extérieurs, établit les responsabilités, les fonctions et la méthode à suivre pour contrôler les aspects des fournisseurs extérieurs qui peuvent affecter la sécurité d’exploitation.

La réalisation des objectifs de sécurité d’exploitation de l’aéroport dépend de toutes les personnes susceptibles d’affecter l’exploitation dans l’aire de mouvement, à savoir le personnel de l’exploitant de l’aéroport et le personnel des fournisseurs extérieurs.

-PGS-03 Indicateurs de sécurité d’exploitation : les indicateurs constituent un outil d’évaluation du niveau de sécurité d’exploitation des activités aéroportuaires auxquelles ils sont associés, par rapport à une référence agréée. Mais, quel est le rôle de ces indicateurs ? Ils mesurent l’évolution historique, établissent des comparaisons avec d’autres périodes, d’autres endroits ou d’autres situations ; ils permettent de disposer d’alarmes en cas d’anomalie et de contrôler la réalisation des objectifs.

On peut citer en exemple certains indicateurs : activations LVP, formation, infractions NSP, débris sur piste, incursions sur les pistes, etc.

-PGS-04 Traitement des accidents/incidents : il définit la façon de communiquer, de recueillir et de traiter les données concernant les incidents aéroportuaires qui surviennent du côté piste de l’aéroport ou qui affectent la sécurité d’exploitation, afin : d’évaluer le niveau de sécurité d’exploitation avec lequel les activités dans l’aire de mouvement sont menées, d’identifier les causes et les facteurs qui concourent aux incidents aéroportuaires, de déterminer les risques découlant des procédures, de l’équipement et de l’environnement aéroportuaires, de déterminer les actions et les mesures pour éviter la répétition des incidents dans les aéroports, d’analyser l’efficacité des mesures de sécurité opérationnelle dans la zone de mouvement et d’analyser les répercussions opérationnelles des incidents.

-PGS-05 Gestion de la documentation : la présente procédure décrit les procédures établies à l’aéroport pour l’élaboration, l’examen, l’approbation, la distribution, le contrôle et la diffusion de la documentation SGSE, afin de garantir l’identification, la traçabilité, la transparence et le traitement de la documentation qui permet de fournir, le cas échéant, à toute partie intéressée, la preuve documentaire de la gestion de la sécurité d’exploitation.

-PGS-06 Contrôles internes : les contrôles constituent un outil proactif pour la sécurité d’exploitation, de sorte que les problèmes qui peuvent survenir sont détectés avant qu’ils n’aient un impact sur la sécurité de l’exploitation de l’aéroport. Ne concerne pas les contrôles de l’AESA

-PGS-07 Formation : description des cours que le personnel devrait suivre, en ce qui concerne les SGSE.

-PGS-08 Communications : les communications sont les moyens qui permettent de développer, promouvoir et communiquer la culture de sécurité d’exploitation parmi tous les employés de l’aéroport. Il est essentiel de les connaître afin de contrôler les dangers. Il faut donc qu’ils soient communiqués afin de prévenir les accidents/incidents, encourager la collaboration du personnel et fournir les canaux de communication nécessaires. Cela doit s’appliquer à l’ensemble du personnel (interne et externe).

-PGS-09 Programme de sécurité d’exploitation : l’une des principes essentiels du SGSE est l’amélioration continue des niveaux de sécurité d’exploitation atteints dans l’aéroport. C’est la raison pour laquelle des objectifs annuels de sécurité d’exploitation sont fixés, inclus dans le programme de sécurité d’exploitation de l’aéroport.

D’une manière générale, on peut conclure à partir de ce qui précède qu’un grand nombre de personnes sont impliquées dans le maintien de la sécurité d’exploitation et que ce n’est qu’avec l’aide d’un SGSE et la collaboration et l’implication continues de toutes les personnes concernées que les normes les plus élevées de sécurité d’exploitation continue pourront être atteintes et améliorées.

 

Seguridad operacional aeropuertos

Partager cet article

Partager sur linkedin
Partager sur twitter
Partager sur whatsapp
Partager sur facebook
Partager sur pinterest