Skip to content

Aéroports et drones

cabecera-373

 

Dans la plupart des cas, l’influence ineffable de l’évolution technologique a un impact aussi évident qu’imprévisible sur tous les aspects de la vie. Nous pouvons citer par exemple l’apparition, le développement et le boom des drones civils. Ils ont envahi notre société actuelle avec des applications qui vont de l’utilisation strictement récréative, à l’utilisation à caractère productif (tournage de films, sécurité, inspections, livraisons, communication, etc.).

De nombreux pays sont en train de développer des législations pour mettre fin à l’utilisation aveugle et incontrôlée de ces petits aéronefs.

Il ne fait aucun doute que les drones apportent de nombreuses solutions à des situations quotidiennes et ont ouvert la voie à de nouvelles applications, utilisations et même des développements professionnels inconcevables quelques années plus tôt. Mais ils représentent également un risque pour certaines activités où leur présence peut être considérée comme une menace.

Pour ce qui est des aéroports, nous avons récemment assisté à divers incidents liés à des drones perturbant la circulation des avions. Dans tous les cas, sans exception, la faute revient aux drones qui représentent une menace pour la sécurité des avions.

De plus, pour compliquer les choses, la plupart des incidents se produisent pendant les manœuvres d’atterrissage ou de décollage, des moments où la charge de travail en cabine est intense et le stress des équipages est à son maximum. Aux États-Unis, par exemple, 241 incidents impliquant des drones et des aéronefs ont été enregistrés au cours de l’année dernière. C’est à peu près ce qui se passe également à travers le monde. En effet, plusieurs incidents d’une certaine gravité ont été enregistrés dans les aéroports de Paris, Londres, Santiago, Bilbao, Rome ou encore Athènes, pour n’en citer que quelques-uns.

De nombreux pays sont en train de développer des législations pour mettre fin à l’utilisation aveugle et incontrôlée de ces petits aéronefs, particulièrement dans des environnements à risque tels que les aéroports. Depuis quelques années, certains pays ont déjà réglementé l’utilisation des drones. Mais ce n’est pas tout. Les autorités et organisations de l’aviation se concentrent sur d’autres actions collatérales telles que la prévention ou la détection.

Mis à part l’existence et le respect des lois par le pilote du drone, la prévention se traduit par une phase de tests qui comprend l’installation de dispositifs et de logiciels empêchant les drones de pénétrer dans des espaces aériens sensibles, par la neutralisation de leurs fonctions.

En ce qui concerne la détection, nous disposons d’un large éventail de solutions. Le premier défi est de disposer d’outils assez fiables pour permettre la localisation des drones. Ensuite, les actions proposées (dont certaines sont déjà appliquées) vont de l’utilisation des oiseaux rapaces qui vont capturer ou démolir le drone, au lancement de filets qui les attrapent en plein vol.

Heureusement, aucun incident grave n’a encore été signalé. C’est précisément à ce moment qu’il faut tout mettre en œuvre pour éviter le pire car le secteur des drones est en pleine croissance.

Et vous, qu’en pensez-vous ?

 

¬ Les États-Unis étudient des technologies pour désactiver les drones à proximité des aéroports (ENG)

¬ L’Union européenne exige que tous les drones soient enregistrés (ENG)

¬ Les drones civils, une technologie à double tranchant (ESP)

 

 

Partager cet article