Skip to content

Les robots dans les aéroports

Heading-robot-airport

 

Imaginez qu’à votre arrivée à l’aéroport, vous soyez accueilli par une machine anthropomorphe parlante qui vous souhaite la bienvenue. Elle vous propose, si vos bagages sont trop lourds, de les lui confier. Ensuite, la machine lit le code QR de votre billet ou carte d’embarquement et vous salue poliment, sans oublier de vous demander si vous avez des questions. Vous ne reverrez pas la machine qui, sans que vous en rendiez compte, se sera chargée d’aller au guichet correspondant et d’enregistrer vos bagages en toute sécurité pour qu’il ne vous reste plus qu’à les récupérer à votre arrivée à destination.

Les aéroports du monde entier constituent un terrain d’essai idéal pour évaluer l’interaction entre les robots et les personnes. Ils offrent de multiples services et possibilités.

Ceci n’est qu’un aperçu de ce que font déjà certains robots dans des aéroports du monde entier.

Ils présentent de nombreux avantages, aussi divers que notre imagination. Mais la technologie est déjà suffisamment avancée, dans de nombreux domaines, pour assigner à différents robots des tâches d’une certaine complexité.

Banner-robots-spencerMouvement autonome, localisation, lecture de codes, identification faciale, reconnaissance et synthèse vocale, sensibilité tactile, prévision d’obstacles, calcul automatique d’itinéraires et d’alternatives, etc. Les technologies qui se sont développées indépendamment dans différents secteurs sont multiples mais, ensemble, elles confèrent à ces robots des capacités pertinentes pour offrir un service à la fois innovant et efficace dans les aéroports.

Alors pourquoi dans les aéroports ? Bon nombre de ces machines sont initialement testées dans les centres de recherche où elles ont été développées. Mais le terrain d’essai adéquat est un environnement dans lequel elles doivent réaliser des missions complexes aux variables multiples, en interagissant avec des personnes. Les aéroports sont des endroits adaptés à la mise en pratique de systèmes cognitifs. Il ne s’agit pas seulement de la relation initiale avec l’intéressé, mais du cumul de variables qui peuvent se présenter telles que des personnes qui se croisent, des files de passagers qui attendent, des postes d’informations, des bagages perdus ou oubliés, des changements soudains de portes d’embarquement, des situations d’urgence, etc.

Banner-robots-leoPour en revenir à l’interaction avec les personnes, c’est probablement la capacité la plus délicate, étant donné que, même si cela semble évident, les personnes n’ont pas l’habitude de faire confiance à des machines qui agissent seules. C’est précisément la raison pour laquelle la plupart des robots sont anthropomorphes, afin de minimiser le rejet initial.

Si l’on étudie des cas concrets de réussite, près d’une centaine d’aéroports utilisent déjà des machines autonomes, qu’elles soient ou non anthropomorphes, afin de fournir différents services aux personnes.

Par exemple, Spencer est un robot anthropomorphe (bien qu’il n’ait pas de bras) qui répond aux besoins des passagers de l’aéroport de Schiphol à Amsterdam et les aide à prendre leur avion à temps. Leo est quant à lui un robot qui porte les valises à l’aéroport de Genève, même si dans son cas, l’anthropomorphisme est relatif. ASIMO a guidé pendant plusieurs semaines les passagers à Narita (Tokyo). Dans cet aéroport on trouve NAO, un robot qui se charge de renseigner les passagers sur les taux de change du monde entier et de gérer leurs devises. À Pékin, vous pourriez aussi tomber sur Anbot, imaginé pour réaliser des tâches de surveillance et de sécurité.

Banner-robots-rayIl existe d’autres robots ingénieux dénués d’aspect humain, mais qui ne manquent pas d’apporter des services supplémentaires à l’ensemble fourni dans les aéroports : Ray, par exemple, est un robot qui se charge de garer votre voiture à l’aéroport de Düsseldorf. Ou encore, un peu plus éloignés du concept original, on trouve les cobots Cyberdyne de l’aéroport d’Haneda (Tokyo), destinés au transport de marchandises lourdes.

La réalité est que vous ne devriez plus être surpris si l’on vous salue à l’aéroport et qu’en vous retournant, vous découvrez une étrange machine tout près de vous. N’hésitez pas, souriez et saluez en retour. Le fait que vous arriviez à temps à votre avion ou que vous n’ayez pas à porter vos valises peut en dépendre.

 

 

Partager cet article