Skip to content

L’avionique de l’avenir

José María Paredes

José María Paredes

Aerospace Engineering

 

Dans son article récent « Évolution dans l’amélioration des opérations aéronautiques », mon collègue Fernando Moraleda décrivait le changement opéré ces dix dernières années dans le panorama de l’amélioration des processus de fabrication aéronautique grâce au boom technologique que nous connaissons.

Aujourd’hui, alors que nous disposons d’une technologie d’écrans tactiles très répandue, pourquoi ne pas remplacer les obsolètes tableaux de commande par des écrans tactiles ?

Associé à ce boom technologique, dans un domaine presque vierge encore en ce sens, celui des systèmes d’avionique, beaucoup d’améliorations sont envisageables. Airbus a été pionnière dans la technologie « fly-by-wire », qui consistait à éliminer des éléments mécaniques du contrôle de l’appareil et à les remplacer par des éléments électriques. De mon côté, je voudrais aller un peu plus loin.

La conception actuelle des systèmes d’avionique est basée sur des modèles préhistoriques (technologiquement parlant). Pour la communication entre différents équipements, on utilise des relais, des diodes, des modules de connexion et des fils pour transporter quelque chose d’aussi minuscule qu’un état d’information, qui est, dans la plupart des cas, un état avec deux possibilités, autrement dit, un bit d’information. En regroupant ces informations dans des bus de données et des trames, en ramenant l’électrique à l’électronique, il est possible de réaliser des économies importantes quant à l’installation du câblage dans l’avion, avec l’économie de poids et de coûts de fabrication qui en découlent, ce qui permettrait également de réduire les coûts de la maintenance que cela représente pour les opérateurs.

Aujourd’hui, alors que nous disposons d’une technologie d’écrans tactiles très répandue, comme celle de nos Smartphones, pourquoi ne pas remplacer les obsolètes tableaux de commande par des écrans tactiles ? Ces écrans tactiles auraient la même base hardware et pourraient être configurés par logiciels. Cela permettrait de réduire les coûts de fabrication et de stockage, il n’y aurait pas besoin de tellement de différents numéros de pièces pour offrir une assistance aux clients et il serait possible de les fabriquer dans des quantités plus importantes et à des coûts moindres.

Pour finir, avec l’essor de la technologie des FPGA (Field Programmable Gate Array) et la baisse rapide de son coût, le hardware configurable par logiciel est bien une réalité. Pourquoi ne pas fabriquer le même équipement hardware, avec différents « esprits » logiciels ? Comme dans le cas des tableaux de commande, il serait possible de réduire les coûts de fabrication et de stockage, sans parler de la baisse des coûts de maintenance pour l’opérateur.

Enfin, je ne prétends pas réaliser une analyse exhaustive de toutes les améliorations qui peuvent être réalisées dans les prochaines années dans le domaine de l’avionique, mais plutôt donner quelques pistes sur ce qu’on pourrait retrouver, dans un futur proche, dans la cabine de n’importe quel aéronef.

cabecera-284web

 

Partager cet article

Partager sur linkedin
Partager sur twitter
Partager sur whatsapp
Partager sur facebook
Partager sur pinterest