Skip to content

La tendance du transport aérien du futur

Vicente Padilla

Vicente Padilla

AERTEC Solutions / CEO & Founder

 

Les voyages en avion sont, dans une certaine mesure, déterminés par le prix.

Mais les gens recherchent également la commodité. Les gens aiment pouvoir choisir l’heure de départ de leurs vols. Ils privilégient autant que possible les vols sans escale. En outre, certaines personnes en ont assez de subir la piètre qualité des services offerts par certaines compagnies aériennes. Les gens ont leur propre idée sur la question.

Il n’est donc pas surprenant que les compagnies aériennes cherchent à combler les attentes des clients.

Depuis le début de la dérégulation, la concurrence entre compagnies aériennes a entraîné une augmentation de la fréquence des liaisons de ville à ville et des services de point à point. Les compagnies aériennes qui proposent des vols directs profitent d’un avantage concurrentiel et, en conséquence, d’une plus grande part de marché.

La distance majeure parcourue par les moyen-courriers modifie le marché.

Les études sur le secteur du transport aérien, fondées sur des données antérieures et les modèles prévisionnels, reflètent clairement cette tendance. La taille moyenne des appareils tend à diminuer. Les compagnies aériennes multiplient les liaisons de ville à ville. Elles offrent aux voyageurs un plus grand choix d’heures de départ.

Telle est la tendance actuelle, sur le marché des court-courriers comme sur celui des long-courriers. La dernière génération de biréacteurs long-courriers écoénergétiques remet en cause l’ancien modèle des plateformes de correspondance.

Ce qui ne veut pas dire que ce dernier soit en train de disparaître. Turkish Airlines ou Emirate Airlines profitent d’une situation géographique stratégique qui leur permet de monter en puissance. Et il continuera d’en être ainsi à l’avenir.

Mais le fait est que la présence de nouveaux appareils, tels que le Boeing 787 ou l’Airbus A350, pourrait bien modifier leur modèle de gestion sur le long terme.

L’autonomie des nouveaux appareils de taille moyenne, d’environ 8000 miles nautiques, permet aux compagnies d’offrir des vols directs plus fréquents, vers toujours plus de destinations et sur des distances plus longues. Voilà de bonnes nouvelles pour les compagnies aériennes dont le marché cible est celui du point à point.

Quel est le votre ?

cabecera-221web

 

Partager cet article

Partager sur linkedin
Partager sur twitter
Partager sur whatsapp
Partager sur facebook
Partager sur pinterest