Skip to content

Le système aéroportuaire aux É.-U.

Luis Iglesias

Luis Iglesias

Aviation expert

 

La première chose qui nous vient à l’esprit lorsque l’on évoque les aéroports des États-Unis est leur grand nombre et leur taille importante. Les chiffres, en effet, parlent d’eux-mêmes : d’après une récente publication d’Airports Council International (ACI), dans son rapport de 2015, six des vingt premiers aéroports au monde, en matière de transport de personnes, se trouvent aux É.-U. Il s’agit des aéroports d’Atlanta-GA (ATL), de Chicago-IL (ORD), de Los Angeles-CA (LAX), de Dallas/Fort Worth-TX (DFW), de New York City-NY (JFK) et de Denver-CO (DEN). L’aéroport d’Atlanta, en particulier, a été le premier à dépasser la barre mythique des 100 millions de passagers, après avoir connu une croissance de 5,5 % l’an passé.

Les aéroports devront rapidement s’adapter à ce trafic à la croissance effrénée.

Les aéroports des États-Unis ne sont pas en reste en ce qui concerne le classement par nombre d’opérations. En 2015, les É.-U. ont réussi à placer onze établissements de la liste parmi les vingt premiers.

Quant aux pronostics de trafic, le scénario décrit par la Federal Aviation Authority (FAA) dans les prévisions citées dans 2016-2036 Aerospace Forecast est frappant. Dans ce rapport, la FAA prévoit que le nombre de passagers internationaux voyageant (« vers les É.-U. et à partir de ce pays »), compagnies aériennes américaines et étrangères confondues, passera d’environ 200 millions en 2015 à presque 450 millions en 2034 ; le pourcentage le plus important (37 %) concernera les échanges avec l’Amérique du Sud.

Si l’on fait référence au nombre total de passagers, en ajoutant les passagers des vols intérieurs (en pleine croissance également, bien que moindre), les sources d’IATA et du US Department of Transportation indiquent que le nombre total de passagers aux É.-U. pourra passer de 900 millions en 2015 à un peu plus de 1,2 milliard en 2034.

Plusieurs éléments contribuent au fait que, chaque année, les aéroports américains connaissent des taux de croissance élevés. Nous pouvons citer par exemple la croissance démographique importante d’États comme la Floride, le Texas et la Californie ; les villes telles que New York, Chicago, Miami, Denver, même si elles ont été touchées par la crise de 2007 à 2009 (comme d’autres régions dans le monde) ont retrouvé le chemin de la croissance économique.

Tout cela suppose que les aéroports, appartenant à de nombreuses entités aux modèles commerciaux différents, devront rapidement s’adapter à ce trafic à la croissance effrénée. Selon toute probabilité, les problèmes surviendront lorsque les délais pour réaliser les investissements dépasseront ceux nécessaires à la mise en marche des nouvelles infrastructures.

cabecera-358

 

Partager cet article