Skip to content

L’énergie dans les aéroports

Jean Calvin Yoke

Jean Calvin Yoke

AERTEC Solutions / Airport Planning & Design

 

Nouvelles exigences en matière de rendement énergétique pour la conception des transformateurs électriques : les transformateurs « EcoDesign »

 

Le trafic aérien ne cesse de s’accroître et de ce fait, les aéroports sont de plus en plus grands. L’énergie électrique est l’un des principaux facteurs qui favorisent le fonctionnement idéal de toutes les infrastructures nécessaires aux activités aéroportuaires. La demande en électricité est de plus en plus importante du fait de la taille des aéroports et de leurs besoins croissants. En vue de réduire leurs dépenses, les aéroports achètent leur énergie électrique en moyenne tension, haute tension ou très haute tension, en fonction de leurs besoins.

La Commission Européenne espère économiser 16 TWh (térawatts-heure) par an à partir de 2020.

C’est la raison pour laquelle on trouve aujourd’hui de plus en plus d’aéroports dotés de sous-stations électriques et de postes de transformation conçus pour leur propre consommation. En conséquence, ces infrastructures électriques doivent utiliser un équipement électrique particulier, un « transformateur électrique ».

La Commission européenne (CE) a publié le Règlement 548/2014 qui met en œuvre la Directive 2009/125/CE du Parlement et du Conseil européens, selon lequel les transformateurs électriques, au sein de nouvelles installations, devront respecter des minima autorisés de rendement énergétique à partir du mois de juillet 2015. Grâce à cette mesure, la Commission européenne espère économiser de l’énergie et réduire les émissions de CO2.

En particulier, la Commission espère économiser 16 TWh (térawatts-heure) par an à partir de 2020, ce qui permettrait d’éviter le rejet dans l’atmosphère de 3 700 tonnes de dioxyde de carbone (CO2).

Ce règlement affecte les transformateurs (que leur puissance soit faible, moyenne ou élevée) utilisés dans les réseaux de transmission et de distribution électriques, ainsi que dans les applications industrielles.

Il ne concernera pas les transformateurs conçus et utilisés dans les applications spéciales tels que les transformateurs de mise à la terre, les transformateurs pour instruments de mesure, etc.

Ces mesures s’appliquent depuis le 1er juillet 2015 et seront encore plus strictes à partir du 1er juillet 2021. La Commission européenne considère que cette période de transition est suffisante pour que les fabricants, les entreprises d’électricité et les utilisateurs industriels s’adaptent à ces nouvelles exigences, qui deviendront « rentables et technologiquement possibles ». L’objectif de la Commission européenne est d’éliminer les modèles dont les résultats sont les plus mauvais et de promouvoir l’évolution de transformateurs plus efficaces et espère que le remplacement progressif de ceux qui ont déjà été installés contribuera aux économies.

La demande en énergie ne cesse de croître et le changement climatique demeurera un problème que les humains devront gérer. Les aéroports sont des utilisateurs industriels de transformateurs électriques et, en tant que concepteurs d’aéroports et entreprises d’ingénierie, nous sommes également concernés, car le transformateur est un élément clé dans la configuration d’un système électrique aéroportuaire.

Actuellement, les transformateurs les moins efficaces sur le marché européen perdent beaucoup d’énergie, qui se dissipe dans l’atmosphère et contribue au réchauffement climatique. Afin de profiter au maximum de la puissance fournie par un transformateur traditionnel, il est nécessaire d’ajouter quelques équipements au système électrique, afin de compenser l’énergie perdue.

Ces pertes peuvent se révéler très importantes si l’on prend en compte la durée de vie d’un transformateur utilisé dans des conditions normales, qui est d’entre 20 et 30 ans.

En plus de diminuer les émissions de CO2, les nouveaux transformateurs permettront d’abaisser les dépenses des utilisateurs en réduisant le besoin en équipements auxiliaires de compensation d’énergie. Par cette mesure, la Commission européenne prétend réduire d’environ 20 % les émissions actuelles de ces transformateurs.

cabecera-314web

 

Partager cet article

Partager sur linkedin
Partager sur twitter
Partager sur whatsapp
Partager sur facebook
Partager sur pinterest