Skip to content

Une piste plus longue ?

Vicente Padilla

Vicente Padilla

AERTEC Solutions / CEO & Founder

 

La longueur des pistes d’un l’aéroport local reste un sujet de conversation dans de nombreuses régions. Des articles incendiaires du journal local aiment porter le débat à des niveaux explosifs. Les résidents ne peuvent pas s’envoler vers des destinations lointaines en raison des limitations physiques de la piste existante. Plus exaspérant encore, les résidents de la région voisine – dotés d’un aéroport avec une piste plus longue – bénéficient de vols directs vers des pays d’outre-mer. Cela ne peut pas durer, il faut faire quelque chose.

La plupart des allongements de pistes sont des succès. Mais ce n’est pas toujours le cas.

Prolonger la piste signifie que les aéronefs plus grands peuvent transporter plus de combustible. Et cela permet de bénéficier de vols directs vers des destinations plus lointaines. Par exemple, pour un aéroport européen, cela peut impliquer des vols directs vers des villes comme Pékin, Bangkok, Tokyo, Los Angeles, Bogota ou Johannesburg.

Comme d’habitude, le projet compte ses détracteurs. Et ils ne manquent pas d’arguments. Ce genre de projets sert à gaspiller l’argent des contribuables. Les avions plus grands font plus de bruit. Les avantages économiques pour la région sont totalement surévalués.

Pour les partisans du projet en revanche, les bénéfices vont au-delà des limites de la nouvelle dalle en béton. Le prolongement crée de nouveaux postes de travail. Il ouvre de nouvelles opportunités commerciales. Il apporte avec lui un tourisme inexploité vers des endroits lointains.

Les preneurs de décisions devraient penser que disposer de capacité additionnelle n’implique pas nécessairement qu’elle soit réellement exploitée. Les pistes plus longues ne favorisent pas toujours un trafic majeur. Le développement de routes d’outre-mer implique de disposer du marché adéquat. Les représentants de ventes aéroportuaires peuvent obtenir un vol de 250 passagers à destination de Phuket pendant la pleine saison d’été. Mais un seul vol hebdomadaire ne suffit pas à payer un projet de 40 millions d’euros. Les finances de l’aéroport exigent beaucoup plus que cela.

La plupart des allongements de pistes sont des succès. Mais ce n’est pas toujours le cas. Il existe aussi de nombreuses pistes infra-utilisées dans le monde, construites avec l’enthousiasme de pigeons mal conseillés. Ne permettez pas que votre piste en fasse partie.

cabecera-292bisweb

 

Partager cet article

Partager sur linkedin
Partager sur twitter
Partager sur whatsapp
Partager sur facebook
Partager sur pinterest